à propos de la « transition touristique »

La notion de transition touristique fait l’objet d’un axe de recherches du laboratoire CERTOP. Les chercheurs testent dans leurs travaux l’hypothèse selon laquelle les initiatives de la société civile se saisiraient, sur le terrain, des problèmes auxquels est confronté le modèle touristique productiviste issu des Trente glorieuses, où tout paraît aujourd’hui parfois compromis pour interroger la pertinence de ce modèle, en débattant de ses forces et de sa résilience, fondées sur la performance et l’efficacité, mais remis en question aujourd’hui par des perturbations extérieures. Perturbations comme celles, par exemple, liées  au changement climatique ; ou l’augmentation de la concurrence, qui oblige les destinations de montagne à une compétition élevée alors que l’offre est arrivée à maturité et que les produits perdent de leur compétitivité ; ou encore les évolutions socioculturelles qui modifient la demande de la clientèle avec une importance accordée au côté ludique et émotionnel des activités qu’il est difficile de satisfaire sur des petits domaines skiables ou des micros stations ; mais aussi la fragmentation des séjours touristiques – développement des courts séjours et de l’excursionnisme – qui diminue les recettes des activités de service des stations liées à l’hébergement et à la restauration ; sans oublier le développement de nouvelles formes de résidentialités, qui transforment lentement des résidences touristiques en résidences principales, et finissent par produire une fuite en avant immobilière qui, à son tour, contribue à l’artificialisation des sols, à la réflexion de la chaleur (effet albédo, fort dégagement de chaleur), à l’augmentation des effets du changement climatique ; et des mobilités individuelles alternantes qui participent à 57 % du bilan carbone des stations en montagne…).

Ces facteurs peuvent être entendus comme autant de perturbateurs de trajectoires des stations sur un temps long, singulièrement des stations de ski qui constituent le segment le plus spécialisé, le plus intensif et le plus performant du modèle. En raison  des liens systémiques qu’entretiennent ces différents facteurs perturbateurs qui interagissent de manière systémique, la prédictibilité de l’évolution du système devient très difficile, voire quasi impossible, un mur d’imprédictibilité nous interdit de leur entrevoir un avenir déterminé. On rejoint ici la définition de la « transition », entre un passé que l’on connaît et un futur qu’on a peine à deviner.

Les recherches conduites dans ce cadre concernent les trois dynamiques sociales et territoriales du système « stations » : la dynamique des processus de territorialisation, celle de l’adaptation au changement, celle de la gouvernance des destinations.

En savoir plus :

https://tel.archives-ouvertes.fr/CERTOP/hal-01249232

https://hal.inria.fr/CERTOP/hal-01249229

http://www.certop.cnrs.fr/Programmes-de-recherche-en-cours?var_mode=calcul

https://www.urbanisme.fr/reinventer-les-territoires-littoraux/dossier-401/EDITO

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01500485v1