Histoire des stations dans les Pyrénées : un éclairage renouvelé

L’histoire des processus touristiques dans les Pyrénées était peu traitée. La thèse de Steve Hagimont (doctorat d’histoire, Université Toulouse Jean Jaurès) comble ce vide ; au-delà de son apport important et très riche à l’histoire des innovations touristiques dans les Pyrénées centrales du XVIIIe au XXe siècle, c’est un éclairage nouveau du tourisme mondial qui est ainsi révélé, prenant quasiment un siècle de rajeunissement (le tourisme, que les historiens faisaient débuter au Second Empire dans les Pyrénées, commence dorénavant presque avant la Révolution française). Au-delà, la thèse de Steve Hagimont montre comment les archives découvrent les Pyrénées comme un des laboratoires de la naissance de l’économie immatérielle de la marchandisation de la nature. Elle décrit l’émergence et la vie des formes imprédictibles de la nouveauté dans un temps long (deux siècles, de 1750 à 1950) et conclut à l’indétermination des trajectoires des territoires touristiques, à l’inexistence de « générations » de stations : les modèles déterministes et performatifs s’avèrent largement inapplicables dans le cas pyrénéen. Le rôle prépondérant des acteurs et de la société locale (bien plus que des politiques d’État) dans les processus de création et de destruction touristique, le poids considérable de leur libre arbitre dans l’aménagement et l’urbanisme touristiques est une belle leçon, pour l’urbaniste, d’envisager le futur et la transition touristique qui s’annonce : le travail de Steve Hagimont montre en quoi l’histoire du tourisme est non seulement la science du changement social (Marc Bloch), mais aussi contribue à la discipline de « l’agir humain » (Hannah Arendt). Il aide l’aménageur-urbaniste à interroger « la modernité », concept peut-être jusqu’ici faiblement mobilisé dans les disciplines qui étudient le tourisme, et à examiner avec prudence le processus paradoxal d’autodestruction que ce dernier entretient avec son environnement. Parce qu’elle constitue la forme politique d’une alerte informée, très utile dans la conceptualisation des figures de l’évolution des lieux touristiques, la thèse de Steve Hagimont (bientôt disponible en téléchargement sur ce blogue) est de nature à témoigner d’une avancée majeure dans la connaissance du tourisme et de la transformation de l’imaginaire de la montagne.

 

La thèse résumée par son auteur (courriel : steve.hagimont@univ-tlse2.fr) :

L’objet de ce travail est d’examiner l’appropriation locale d’un  changement global d’imaginaire, qui transforme les montagnes, leur environnement et leurs sociétés en objets de désirs et de consommations touristiques.   Cette étude s’inscrit dans le temps long (entre la fin du XVIIIe  siècle et la fin du XXe) et s’appuie sur un espace pionnier du  tourisme européen. La mise en tourisme d’éléments de l’environnement  (paysages, eaux, biosphère, climat, neige) et de certains modes de vie, place quelques territoires de montagne au cœur d’un mouvement économique, social et culturel éminemment contemporain. Le tourisme, dont l’apparition est concomitante de l’industrialisation, s’impose comme une forme de compensation face aux « débordements » industriels  et urbains, comme un complément indispensable de la modernisation. Il  connaît des taux de croissance forts qui en font un secteur à part   entière de l’économie contemporaine. À chaque moment de cette histoire, certaines régions des Pyrénées s’illustrent au meilleur  niveau d’équipement et de réputation et permettent d’interroger sur le temps long les problématiques posées par l’aménagement en montagne.
Dans ces Pyrénées, le secteur touristique se construit d’abord localement, au contact des désirs des visiteurs. L’intervention  publique est déterminante : des communes aménagent et expérimentent des modes de gestion de biens productifs (thermes, casinos, stations  de ski). Elles sont appuyées par les préfectures et les  administrations déconcentrées. L’État en tant que tel n’intervient, lui, que tardivement. Cette étude comparative et transfrontalière permet sinon de mettre en lumière des facteurs qui influent sur la trajectoire des aires et stations touristiques, qu’il s’agisse de thermalisme, d’excursions en montagne ou de sports d’hiver. Parmi ces facteurs, la part de la contingence s’avère déterminante. Un exemple, celui de la station en site vierge de Superbagnères ouverte en 1912, invite en particulier à reconsidérer l’histoire traditionnellement faite des aménagements touristiques hivernaux.
Cette recherche tente par ailleurs d’appliquer le concept d’hétérotopie, cette utopie effectivement réalisée, au tourisme ; elle interroge pour ce faire le versant social de l’aménagement, qui doit assurer le bon ordre et la sécurité dans les stations. Les effets du tourisme sur l’environnement sont également abordés : très tôt, les urbanisations accroissent l’exposition aux risques naturels, artificialisent les sols, posent des problèmes d’assainissement, tandis que les excursions et les consommations diverses augmentent la pression sur la biosphère. Cette étude s’intéresse aussi au partage de l’espace et aux conflits d’usage avec l’industrie et l’agriculture ; elle met en avant leurs liens avec la protection de la nature. Elle restitue, enfin, l’importance de la frontière et de l’imaginaire géographique dans les trajectoires économiques et touristiques.
Abstract :
The aim of this work is to consider the local appropriation of a global change of imaginary, which transforms the mountains, their environment and their societies into objects of touristic desires and  
consumables since the eighteenth century. This study examines a long period of time (between the end of the 18th century and the end of the 20th century) and draws on a pioneering area regarding European  tourism (French and Spanish Pyrenees). The touristic transformation of environmental elements (landscapes, waters, biosphere, climate, snow) and specific lifestyles puts some mountain spaces at the core of a highly contemporary economic, social and cultural movement. Tourism, which emergence coincides with industrialization, appears as a form of compensation for industrial and urban “overflows” and as an essential complement to modernization. Its strong growth rates make it a full-fledged sector of the contemporary economy. All along this history, some regions of the Pyrenees reach the best level of   equipment and reputation. This work questions on the long time the tourist planning problems.